Ascension

L’Ascension du Seigneur est vraiment la révélation de la miséricorde divine. À travers cet évènement, le Père nous dit son dessein d’amour. Non seulement par le don de son Fils, il se réconcilie avec nous, mais par le don de l’Eprit, il nous sanctifie en achevant l’œuvre de la rédemption. C’est l’épître aux Hébreux, contemplation de l’unique Grand-Prêtre, qui nous révèle cette plénitude d’amour.

« Le Christ est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu ». Mais que fait-il donc ? Il ne revit pas le mystère de la passion ; le Christ s’est offert une fois pour toute, car il est sans péché à la différence des prêtres de l’Ancien Testament qui étaient obligés d’offrir des sacrifices pour leurs propres péchés !

Mais que fait-il ? Il célèbre la liturgie céleste et grâce à l’Eucharistie qu’il nous a laissée le jeudi Saint, nous sommes sûrs que notre liturgie est en communion avec celle du Christ qui la présente à son Père.

C’est dire que la liturgie ne nous appartient pas. C’est ce que nous disons dans la première prière eucharistique : « Que notre offrande soit portée par ton ange en présence de ta gloire, sur ton autel céleste, afin qu’en recevant ici, par notre communion à l’autel, le corps et le sang de ton Fils, nous soyons comblés de ta grâce et de tes bénédictions ».

Le sacrement de l’Eucharistie est source de grâce, parce que le prêtre invoque l’Esprit Saint - et il ne fait que cela - le reste est bien l’action de l’Esprit et du Fils qui offre nos pauvres offrandes devenues richesses par pure grâce.

L’Eucharistie nous fait entrer dans le vrai sanctuaire qui est le Cœur de Dieu. C’est pourquoi notre vie spirituelle est une avancée vers Dieu, une véritable ascension. Les Pères de l’Église aimaient dire que Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu, non pas prendre sa place, mais voir Dieu, source de bonheur et de vie éternelle.

Quelle belle espérance ! Ce qu’Adam et Eve n’ont pas pu réaliser à cause du Malin qui leur a fait croire que c’était par leurs propres forces qu’ils seraient comme des dieux, le Christ par son obéissance au Père a pu la réaliser pour chacun d’entre nous.

Dieu est fidèle : Il réalise son dessein d’amour et le don de l’Esprit Saint que nous avons reçu à la Confirmation et que nous raviverons à la Pentecôte, nous permet de vivre cette promesse divine.

« Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ?». Tout comme à la Transfiguration sur le Mont Thabor, il nous faut redescendre et annoncer cette bonne nouvelle, puisque nous en sommes les témoins.

Dans la bénédiction finale, je vous dirai : « Vous savez qu’il est assis à la droite du Père ; mais cherchez-le, trouvez-le aussi près de vous, jusqu’à la fin, comme il l’a promis ».

Où allez-vous le trouver ? Tout d’abord dans les sacrements, mais aussi à travers sa Parole et dans votre prière ; à travers des témoins et des saints que nous rencontrons sur notre chemin de foi.

Mais ne cherchez pas en haut... Descendez en vos cœurs, car c’est bien là sa demeure.