Homélie du dimanche 19 mars 2017

En ce temps de carême, nous cherchons à vivre en enfant de lumière. Pour cela nous allons réfléchir sur trois aspects du baptême, pendant trois dimanches de suite : l'eau, la lumière et la vie. En ce dimanche, c'est l'eau du puits de Jacob que nous découvrons. Que nous dit-elle sur la vie chrétienne ?

 

"Donne-moi de l'eau." dit Jésus. Le dialogue entre Jésus et la Samaritaine commence par cette demande de Jésus. On comprend, après une matinée de marche, qu'il ait soif. Celui qui promet l'eau vive demande de l'eau à une femme. Nous pensons souvent à ce que Dieu peut nous donner, mais moins souvent ce que nous pouvons lui donner. Ce dialogue est symbolique de la vie de prière, dont Jésus parle par la suite. Un échange de mots et de biens spirituels. 

Jésus demande de l'eau, alors que les disciples sont partis chercher du pain. C'est complémentaire : un élément naturel et un élément cuisiné ; un élément venant d'une femme et un élément apporté par des hommes. C'est toute l'humanité qui rend service de Jésus.

La vraie nourriture est la volonté du Père, nous dit enfin Jésus. L'eau est le réconfort, apporté par les hommes. Nous savons, lorsque nous nous mettons au service des autres, que nous recevons des bienfaits en retour. Comme nous ne pouvons pas avaler le pain sans boire de l'eau, nous ne pouvons pas servir Dieu et nos frères sans avoir en retour des consolations. 

 

Source jaillissante. Jésus ne veut pas que l'eau que nous apportons soit tirée d'un puits creusé par un ancêtre comme Jacob, mais du fond de nous-même, du fond du cœur. Sachons faire de notre vie une bénédiction pour les autres. 

Plusieurs structures existent : 

a) Le geyser. - C'est l'activité volcanique qui permet à l'eau de remonter jusqu'à la surface de la terre. Si notre cœur est bouillant comme le centre de la terre, notre trop plein d'amour se déversera sur notre entourage. 

b) la fontaine. - La fontaine enjolive nos villes par un circuit fermé, alimenté par une pompe. Répandre des bienfaits demande parfois des efforts pour que le bien s'inscrive dans la durée. 

c) l'aqueduc. - Les Romains étaient très forts pour faire descendre par gravitation de l'eau de la montagne jusque dans la  plaine, lui faisant traversant des vallées entières. Jésus est celui qui descend du ciel, mais aussi celui qui franchit les séparations entre les hommes en parlant à cette Samaritaine. 

 

L'eau qui lave. Jésus a eu soif et il a demandé de l'eau à la Samaritaine. Par ce dialogue, la Samaritaine a été transformée ; elle a été purifiée. L'eau sert aussi à nous laver. Il faut tout d'abord s'examiner pour voir les parties du corps qui ont besoin de nettoyage. Est-ce nos oreilles qui n'entende plus ? Est-ce nos mains qui sont fainéantes ? Est-ce nos pieds qui ne vont plus vers les autres ? Est-ce nos yeux qui ne voient plus les besoins des autres ? 

 

Buvons à la source du salut et soyons source jaillissante.

Amen.