Homélie du dimanche 12 mars 2017

Dimanche dernier, nous avons rejeté le mal en partant avec Jésus au désert pour y triompher du diable. Aujourd'hui, nous adhérons à Jésus transfiguré sur la montagne. Ce sont les deux moments de la profession de foi baptismale que nous ferons à la vigile Pascale. Jésus est transfiguré sur une montagne. Quel sens cela a -t-il ?

 

Jésus conduit les disciples sur des chemins qui leur sont inconnus. Pour aller dans la montagne, il faut un guide qui connaisse le chemin le plus sûr et le plus praticable. Jésus est ce guide qui emmène les disciples sur des chemins qu'ils ignorent, car, pour l'instant, ils n'ont marché que dans la plaine. Ce sont des marins pécheurs qui ne connaissent par les sommets du pays. 

Pour arriver au sommet, il n'y pas de route, ni de panneau indicateur. On ne prend pas le chemin le plus abrupte, mais on fait des lacets pour que le chemin ne soit pas trop fatiguant. Pour arriver au sommet de la montagne, il faut de la patience et des efforts. C'est le sens de nos résolutions de carême.

 

Voir le lever de soleil. Sur une haute montagne, on peut profiter pleinement du lever de soleil. Il n'y a plus d'arbres ni de maisons pour faire de l'ombre ou pour boucher l'horizon. En ce temps de carême, on doit enlever les ombres de nos vies et ce qui bouche notre avenir. 

En fait de lever de soleil, c'est le visage de Jésus qui brille comme un astre. Il annonce le jour nouveau : celui de la paix, de l'amour et de la réconciliation. Laissons, chaque jour, Jésus éclairer notre journée de sa lumière. Un beau lever de soleil donne de la force pour notre journée. En nous tournant chaque jour vers la lumière de Jésus, nous avons du tonus pour accomplir notre devoir quotidien. 

 

Les disciples entrent dans une nuée. Les apôtres voient la lumière de Jésus, et tout d'un coup, ils sont plongés dans l'obscurité de la nuée. C'est comme au cinéma : les spectateurs sont dans le noir et seul l'écran est dans la lumière. Alors, l'attention est au maximum, car les cinéphiles sont coupés du monde et les uns des autres. Dans le silence, ils regardent et écoutent les merveilles qui leur sont proposées. C'est avec beaucoup d'émotion, lorsque les Apôtres entendent la voix du Père qui leur livre ce beau secret : celui-ci est Mon fils bien aimé. 

 

Sachons, en ce temps de carême, nous couper du monde pour entendre les secrets du Père. 

Amen