Homélie du dimanche 26 février 2017

JÉSUS nous invite à rechercher le Royaume. Pour cela, il faut relativiser les questions financières. Dans nos sociétés modernes, l'argent est décrié, même si nous savons qu'il a une place importance dans la société. Cela créé un malaise chez beaucoup d'entre nous. Que nous dit le Seigneur sur la place de l'argent ?

 

L'argent, une question de tous les temps. Les débats électoraux et politiques placent les questions économiques en première place et au cœur des programmes de la présidentielle, largement devant les questions de politique extérieure. Cette prépondérance de l'argent dans les débats et dans notre vie provoque, chez certains, un rejet  de la société moderne : société de consommation, financiarisation de l'économie... Les propos du pape François en sont une des illustrations. Pourtant, déjà de son temps, Jésus dénonçait les ravages de l'argent roi. C'est bien ce que nous venons d'entendre : l'attachement à l'argent conduit au mépris de Dieu. La question est de tout temps ; mais elle se manifeste de manière nouvelle et peut-être plus puissante.  On est moins inquiet pour les questions de nourriture que celle de trouver et de conserver son emploi. 

Nous voyons la mondialisation principalement par le biais de l'économie. Elle est destructrice d'emplois en occident. Mais elle apporte tant de choses positives pour la connaissance et la rencontre entre les peuples. Elle est un facteur de développement pour tant de pays, comme la Chine, l'Inde ou le Brésil. Ayons un regard plus objectif et plus nuancé sur ce phénomène inévitable, et qui, pendant tant d'années, nous a été favorable, pendant la période où le pétrole était bon marché.

 

Relativiser le confort est encore plus nécessaire dans une société en crise. En temps de crise économique, il faut être courageux et apprendre à vivre plus sobrement. La sobriété peut être heureuse, si nous savons voir tous les biens que nous recevons gratuitement : amour, amitié, tendresse. Ces trésors n'ont pas de prix. 

Il faut du courage pour ne pas se laisser submerger par les difficultés financières, lorsque la plupart de notre entourage vit dans le confort. Malheureusement, des agriculteurs, par exemple, en viennent à se suicider pour des questions d'argent. C'est dramatique. 

 

Rechercher le Royaume. Jésus nous parle de notre vie matérielle comme une source d'inquiétude. Il a commencé son discours en présentant la vie du Royaume comme une source de bonheur. Prenons le chemin du bonheur pour être heureux et positifs. 

Un jour, un professeur a distribué une feuille blanche sur laquelle figurait une tâche noire. Il a demandé à ses élèves de décrire ce qu'ils voyaient. Tous ont parlé de la tâche noire ; aucun n'a évoqué la blancheur de la feuille de papier. Se focaliser sur les questions économiques nous poussent à ne voir que la noirceur de notre monde qui est sans proportion avec la beauté de la vie des hommes. 

Amen.