Homélie du dimanche 1er janvier 2017

En ce dimanche, nous fêtons plusieurs événements. Lequel est le plus important pour nous ?

 

Nouvel an civil. Aujourd'hui, beaucoup de personnes sont dans la joie. Cette nuit et ce matin, les vœux pour la bonne année furent nombreux. C'est l'année civile que nous commençons, certes, et souhaiter du bien à sa famille et à ses voisins est une très bonne chose.

Ce cycle solaire nous dit que nous sommes peu de chose dans l'immensité du temps. Que sommes-nous, nous qui vivons à peine et avec peines 100 ans ? Que sommes-nous dans la chronologie de l'univers ? 

Certains, pessimistes, pourraient voir dans ce caractère cyclique de notre existence, la vacuité de notre vie. Nous serions comme des enfants sur un manège qui sans cesse tournerait en rond sans perspective et sans finalité. D'autres, plus optimistes, pourraient y voir une fusée qui fait plusieurs fois le tour de la terre, pour prendre son élan, et partir pour un long voyage vers Mars ou Jupiter. 

 

Marie mère de Dieu. La liturgie nous fait contempler Marie qui présente son enfant aux bergers et qui retient les événements dans son cœur. A Noël, c'est plutôt le mystère de l'incarnation que nous vivons. Nous nous plaçons du côté du Fils de Dieu qui descend du ciel et des anges qui chantent la gloire de Dieu. Ce matin, nous sommes du côté de l'humanité avec Marie comme modèle de la croyante. 

Nous allons tout au long de cette année méditer dans notre cœur les événements de la vie de Jésus. Cette médiation est cyclique : chaque année, les mêmes faits du ministère de Jésus nous sont proposés. Revenant sans cesse sur les mêmes histoires, nous sommes comme un tire-bouchon qui s'enfonce progressivement dans le liège. Lorsqu'il est suffisamment introduit, on peut déboucher la bouteille sans risquer de casser le liège. Alors, on peut savourer le breuvage avec bonheur et modération.

 

La circoncision de Jésus. Jésus est pleinement homme et pleinement Hébreux. Il va mettre en oeuvre tout au long de sa vie l'alliance scellée entre Dieu et l'humanité.

Pour certains, les anneaux de l'alliance forme une chaîne qui se ressert à chaque fois que nous nous agitons et cherchons plus de liberté. Pour d'autres, ce sont les maillons de la chaîne qui relie le bateau à son ancre, solidement accrochée au fond de la mer. Le bateau est en sécurité, que la mer soit haute ou basse. Nous savons à qui nous accrocher dans les hauts et les bas moments de notre existence. Le bateau pivote sans risque sur son ancre en fonction des vents et courants. Jésus est notre référence, qui nous permet les changements d'orientation de notre vie. 

 

Que vous sentiez comme la fusée, comme le tire-bouchon ou comme le bateau accroché à son ancre, je vous une bonne année 2017 !