Homélie du dimanche 11 décembre 2016

La liturgie de ce dimanche nous invite à la joie. Non pas la joie d'une fête entre amis ou d'une sortie festive, mais la joie chrétienne, une joie plus durable et plus intérieure.

 

Joie de Jean-Baptiste en prison. Jean-Baptiste entend parler des œuvres accomplies par Jésus, son cousin. En entendant les signes extraordinaires et les nombreux miracles réalisés par l'agneau de Dieu, il a en son cœur la joie du supporter qui suit les exploits de son équipe préférée. Chaque victoire fait vibré le cœur du sportif, surtout lorsque l'adversaire est important. Jésus a remporté de grandes victoires sur la maladie et même sur la mort. On sait que cette victoire est éphémère, mais l'enthousiasme est grand pour autant. Oui, Jean-Baptiste de sa prison a vibré et s'est réjouit du beau et grand ministère de Jésus. Il a oublié sa propre situation, peu reluisante, pour s'ouvrir à la joie des autres. 

 

Devons-nous en attendre un autre ? Trouver une réponse à nos problèmes prend parfois du temps. Dans une administration, l'employé ne sachant pas répondre à notre question appelle un collègue, puis un chef et encore un autre. On se demande à chaque fois si la personne sera compétente et efficace. Certaines difficultés remontent ainsi la hiérarchie jusqu'au ministre ou au président de la République. Beaucoup de prophètes ont fait des miracles comme Jésus, mais lui seul a changé le cours de notre vie en inaugurant son Royaume. Le fait d'entendre : "Ne vous en faites pas : on se charge de votre dossier ; tout sera réglé dans les plus brefs délais" nous met le cœur en joie. Nous avons été entendus, nous avons été écoutés et pris en considération. 

 

Une attente joyeuse.  Nous avons été entendus. mais nos difficultés ne sont pas résolues pour autant. Nous sommes sauvés en espérance, comme l'a si bien dit Benoît XVI dans une de ses encycliques. Cette attente doit être joyeuse, même si elle éprouve notre confiance et notre foi. Lorsque le chef nous dit que notre dossier sera traité dans les meilleurs délais, allons-nous être rassuré pour autant ? Pas toujours. Cela dépend la confiance que nous avons dans l'administration concernée. Nous sommes donc invités à entrer dans la joie de la confiance et de la foi. 

 

Que ce temps de l'Avent soit un temps de joie.

Amen.