Homélie du dimanche 6 novembre 2016

En répondant à la question tordue des Sadducéens, Jésus affirme qu'il n'y a pas de mariage au ciel. Les amoureux sont sans doute déçus de cette affirmation. Ce n'est pas romantique. Que veut dire Jésus ? 

 

Ils sont enfants de Dieu. Jésus souligne la relation la plus importante et la plus durable de notre vie : nous sommes enfants de Dieu. Célibataire, marié ou veuf, nous sommes et nous restons enfants de Dieu, tout notre vie et pour toute l'éternité. C'est la relation qui structure notre être et notre vie. C'est l'amour de notre vie. 

En disant cela, Jésus affirme aussi que la résurrection n'est pas une seconde vie, dans le prolongement de la première. C'est une vie transformée. Nous quittons les nécessités de la vie terrestre pour vivre sans obligation : plus de repos obligatoire, plus besoin de se nourrir. Cette absence de contrainte change radicalement les relations humaines. On vit dans la gratuité les uns vis à vis des autres, car il n'y a plus besoin de gagner sa vie.  

 

Ils n'ont plus de mari, ni de femme. La transformation de la vie transforme la vie sociale. Il n'y a plus de cités à construire ni de productions à fournir. C'est une société de loisir sans aucune hiérarchie, sans différence raciale, ni de sexe. Nous aimerons toutes les personnes de cette même manière et de cette même façon. 

Ceci ne veut pas dire que nous allons oublier ceux que nous avons aimé durant notre vie terrestre. Cet amour ne peut pas mourir. Jésus exprime bien cette fidélité : c'est le Dieu d'Abraham pour toujours, le Dieu de Joseph pour l"éternité et le Dieu de Jacob à jamais.  

 

La fin du romantisme ? La résurrection des morts rabaisse-t-elle l'amour conjugal ? Pas du tout. Elle le met à sa place non comme une finalité, mais comme un moyen d'aimer Dieu et son prochain. Si dans le ciel, nous aimerons les autres à la mesure de notre amour terrestre, plus nous aimons parfaitement ici-bas notre femme ou notre mari plus nous aimerons au ciel tous les hommes. Dans le ciel, nous nous vivrons le romantisme avec tous les hommes. Dans le mariage, on ne vit plus pour soi-même ; au ciel, nous vivrons pour les autres. 

 

Aimons nous les uns les autres pour être heureux dans le ciel.

Amen.