Homélie du dimanche 28 août 2016

JÉSUS nous invitait dimanche dernier à franchir la porte étroite. Celle-ci permet d'entrer dans la salle des noces. Aujourd'hui, Jésus nous dit comment nous seront placer dans la salle du Royaume. 

 

Un dîner placé. A la cantine, chacun choisit sa place. On se met avec ses copains, avec ses amis. Dans un mariage, il y a un plan de table fait par les mariés. On suit les choix des époux. Chaque invité se place non en fonction de ses affinités, mais ce sont les mariés qui établissent un sorte de hiérarchie, avec les meilleures places à la table des mariés. On est mis à l'honneur ce jour-là. Avec cette image, Jésus nous invite à voir dans le salut comme un don, un cadeau. On ne se l'approprie pas. C'est ce qu'a fait David vis-à-vis de la royauté. Par deux fois, il aurait pu tuer le roi Saül et s'emparer du pouvoir. Il ne l'a pas fait. 

 

Humilité. Jésus voit ceux qui veulent la meilleure place. C'est la concurrence entre les convives. Dans le jeu de boule, on cherche la meilleure place : le plus près du cochonnet. Parfois, les premières boules sont loin du but ; on peut s'approcher encore de l'objectif en plaçant une nouvelle boule. D'autre fois, la boule touche le cochonnet ; alors il faut tirer pour dégager la boule de l'adversaire. Voilà, ce que donne l'ambition humaine. La victoire par l'élimination de l'adversaire. 

Dans les cirques, l'esprit n'est pas le même. Il y a une solidarité très forte. Lorsque les acrobates font une pyramide humaine, celui qui est au sommet est à l'honneur. Il sait qu'il a besoin de tous les autres pour grimper tout en haut. Ceux du bas vivent cet exercice comme un service. 

 

Soyons toujours humbles.

Amen.