Homélie du dimanche 21 août 2016

Jésus nous invite à continuer notre réflexion sur le salut. Suite à une question d'un auditeur sur le nombre des élus, Jésus nous invite à passer par la porte étroite. Que retenir de cette image?

 

La porte étroite. Jésus affirme qu'ils viendront nombreux de tous les pays pour remplir la salle des noces. Pourtant, la porte est étroite. Lorsqu'on accueille beaucoup de monde, comme dans un stade de foot, on ouvre largement les portes pour faire entrer le plus vite possible les spectateurs. En ce moment, pour monter dans les avions et aussi dans certains trains. la porte est restreinte pour mieux contrôler un par un les voyageurs. Il en va de même pour le salut en Jésus-Christ. Par sa mort et sa résurrection, Jésus a sauvé la multitude des hommes, à sauver tous les hommes. Mais le salut est aussi individuel. Chaque croyant doit faire l'effort pour marcher sur le chemin de la foi. 

Jésus a ouvert la porte de la foi et du ciel. Nous sommes invités à nous faire reconnaître comme chrétien par le portier. il faut avoir le visage découvert et ressembler à la photo de notre pièce d'identité. Le salut nous demande en plus d'être baptisé de vivre en cohérence avec ce baptême. 

 

Efforcez-vous. Toute la  grande foule appelé au festin du royaume ne peut pas passer en même temps la porte étroite. Une file d'attente se forme. Dans certains aéroport cette attente peut être longue. Alors on organise le flux des voyageurs. Le temps de l'Eglise est ce temps d'attente. Temps d'attente festif avec en entre autre la célébration de l'eucharistie. Attendre demande un effort. Les Hébreux dans le désert n'ont pas su attendre Moïse monté sur la montagne du Sinaï. Les Apôtres n'ont pas su attendre Jésus monté sur le mont Thabor. En ce monde où tout va si vite, ayons la patience d'attendre pour entrer dans la salle des noces. 

 

Du dehors. Jésus affirme que quelques uns resteront dehors. Ils ont entendu parler de Jésus et de ses miracles. Ils ne sont pas entrés dans la salle des noces. Lors des fêtes de chapelle, il y a ceux qui tardent à passer à table. Ils restent à discuter de longs moments avec leurs amis parfois devant un verre de bière ou un kir breton. Ils ne se décident pas à faire la queue pour prendre le plateau repas, ils attendent que le flot des convives s'amenuise.  Ils arrivent que des projets religieux, baptême d'un enfant ou mariage à l'église, ne se réalise pas faut de se décider, faut de prendre le temps de faire les démarches nécessaires. On reste dans le désir ou dans l'intention, mais pris par les événements on ne fait rien. 

 

Le salut est promis à tous, sachons le saisir en temps opportun. Amen.