Homélie du dimanche 17 juillet 2016

Le docteur de la Loi avait résumé les commandements en deux propositions : 1) aimer Dieu et 2) son prochain. C'est dans ce contexte que Luc raconte cet épisode de Marthe et Marie. Il le fait après avoir raconté la parabole du bon Samaritain, qui parle de l'amour du prochain, et avant de parler de la prière. Cet épisode nous parle donc de l'articulation entre l'amour de Dieu et l'amour du prochain. 

 

Deux croyantes. Dans la vie de l'Eglise, il y a des personnes plus actives et d'autres plus contemplatives ; des chrétiens qui vivent dans l'engagement social et d'autres dans l'engagement liturgique. Nous sommes invités à vivre dans la communion pour la mission. Il faut s'accepter comme nous sommes et travailler ensemble pour la même évangélisation, sans jalousie ni rancune. L'évêque de Paris, lorsqu'il a construit la cathédrale Notre Dame de Paris, a consacré autant d'argent pour construire l'hôpital de l'Hotel-Dieu. 

 

Conflit personnel. Ces deux dimensions sont aussi en chaque croyant. On peut parfois être troublé lorsque nous avons l'impression que le service des autres empiète sur la vie de prière. Nous pouvons ressentir cela lorsque nous sommes discrets dans nos prières.  Un compagnon de Saint François voulait tellement être dans la vie de prière qu'il s'était totalement isolé de la vie sociale. Il n'était pourtant pas plus heureux pour cela. Les moines ont trouvé leur équilibre en consacrant autant de temps à la prière qu'au service de la communauté.

 

Trouvons le juste équilibre pour aimer Dieu et son prochain.

Amen.