Homélie du dimanche 10 juillet 2016

JÉSUS raconte une histoire pour expliquer comment on devient proche des autres, comment on a une foi agissante.  Regardons ce que fait le Samaritain.

 

Le Samaritain s'approche. Le prêtre et le lévite font un détour et poursuivent leur chemin. On peut y voir un manque de cœur. Il peut aussi y avoir bien d'autre raisons qui peuvent être parfois les nôtres : le manque de temps, car leur famille les attend ; la peur de ne pas savoir prendre en charge un blessé ; la timidité face à un étranger... Tous les deux restent dans leur monde, dans leur bulle, comme ceux qui ont leur MP3 vissé sur les oreilles. 

Le Samaritain prend le temps d'examiner la situation en s'approchant du blessé, avant de lui prodiguer des soins. Il aime son prochain comme lui-même : il ne s'intéresse pas seulement à sa petite vie, mais aussi à celle des autres. 

 

Il charge le blessé sur sa propre monture. Le Samaritain aime le prochain comme lui-même en lui prêtant ses affaires. Il charge le blessé sur sa monture et continue le chemin à pied. Il prélève sur ses provisions un peu d'huile et un peu de vin. Il sait que ses biens ont une destinée universelle.

 

Il confie le blessé à l'aubergiste. Il donne les premiers soins. Certains passent le brevet de secouristes. Ils savent bien qu'ils ne sont pas pompiers pour autant. Les secours professionnels viennent ensuite pour continuer le sauvetage. Le Samaritain fait de même. Il aime son prochain comme lui-même, car il sait que nous avons tous besoin des autres et de l'aide de professionnels.

Il aide aussi financièrement l'aubergiste. Savons-nous à notre niveau faire de même ?

 

Ayons une foi agissante.

Amen.