Homélie du 5 octobre 2014

La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d'angle. Par ce verset du psaume 117, Jésus parle de la fondation de l'Eglise. L'Eglise est comparée à un bâtiment. Essayons de faire le plan de ce bâtiment.

 

Parlons des portes. Il faut se demander combien le bâtiment comporte de portes ? On remarque qu'il n'y a pas qu'un seul accès à l'Eglise. Certains sont attirés par les grands priants (sainte Thérèse d'Avila) ; d'autres par les hommes de charité (saint Vincent de Paul), d'autres par un pape (saint Jean-Paul II) ; ou d'autres par un père ou une mère de famille (M. et Mme Beltram Quatrocchi).

On pourrait mettre au moins 4 portes.

On peut se poser la question de la taille de la porte.  Jésus nous dit qu'elle est étroite la porte qui conduit au Royaume. Mais elle est aussi haute, car des géants de la sainteté y sont passés.

Enfin, ces portes sont toujours ouvertes. Il n'y pas de gardiens. On peut y entrer librement pour voir. Pour y demeurer, il faut faire la démarche du baptême.

Parlons des fenêtres. Lé bâtiment a des fenêtres, même si la lumière vient de l'Agneau de Dieu, comme le dit le livre de l'Apocalypse. Les fenêtres servent à avoir un regard sur l'extérieur. Ce sont de grandes baies vitrées qui permettent de contempler la beauté du monde et les belles actions des hommes. Le Fils de Dieu a trouvé le monde si beau qu'il est venu y habité pendant plus de trente ans.

Les fenêtres sont placées sur tous les côtés du bâtiment, car l'Eglise a pour vocation d'accueillir des hommes de tous les horizons, de tous les continents.

Parlons des communications. Dans nos maisons, nous mettons, de nos jours, un téléphone pour communiquer. L'Eglise essaie d'être en dialogue avec le monde et avec Dieu. Car l'Eglise ne veut pas s'isoler, mais aider la société toute entière dans la mesure où le monde veut entrer en dialogue avec elle.

Construisons l'Eglise suivant les plans ci-dessus.

Amen.

Écrire commentaire

Commentaires: 0