Homélie du 30 novembre 2014

AUJOURD'HUI, en ce premier dimanche de l'Avent, Jésus nous demande à tous de veiller. Pour en expliquer l'importance, il nous raconte l'histoire d'un portier.

Que nous dit cette histoire ?

Le portier veille car la porte reste ouverte. Il n'y a besoin de veilleur que dans les lieux qui restent ouverts comme les hôtels, les casernes, les parkings. A la maison, nous n'avons pas de veilleurs, car nous fermons la porte à clefs et nous allons nous coucher. Donc, en nous demandant de veiller, Jésus nous demande d'être toujours ouverts pour l'accueillir, mais aussi pour accueillir les autres. Notre église doit être accueillante pour les jeunes qui découvrent la foi par la catéchèse, pour les jeunes qui demandent le baptême, pour les jeunes qui demandent le mariage à l'église, pour les migrants qui frappent à la porte de notre pays, comme l'a souligné le pape François lors de sa visite au parlement européen. Ce n'est pas seulement de la responsabilité du prêtre, mais de celle de toute la communauté.

Le portier doit être accueillant, mais aussi vigilant. Il ne doit pas laisser entrer un voleur ou un casseur. La violence ou le mal ne doit entrer dans l'Église, dans notre vie. Soyons attentifs, par exemple, à ce que nous regardons à la télévision ou sur internet. 

Pour être accueillante, la maison doit être entretenue. Parfois, les parents ont du mal à entrer dans la chambre de leurs enfants tellement la pièce est encombrée de jouets ou de divers matériels. On peut difficilement entrer dans une pièce délabrée. C'est pourquoi, en plus du portier, le maître de maison donne des consignes à ses serviteurs qui entretiennent le bâtiment : travaux, nettoyage, entretien du jardin. Il faut que tout soit propre et en bon état pour l'arrivée du maître de maison. Les chrétiens, doivent entretenir leur foi et leur charité. Il ne doivent pas se reposer sur leurs lauriers.

Veillez. Les disciples n'ont pas pu veiller avec Jésus pendant une heure dans le jardin de Gethsémani. Qu'est qui nous maintient éveiller ?

L'inquiétude ? C'est le cas des parents qui attendent que leur enfant rentre de boîte de nuit.

La peur ? Cela arrive lorsque que nous entendons un bruit étrange la nuit.

La curiosité ? C'est ce que font ceux qui attendent une éclipse de lune ou une étoile filante.  

Le plaisir ? Nous sommes prêts à danser toute la nuit lors d'un mariage.

L'amour ? L'amoureux attend sans défaillir le bien aimé qui revient de voyage dans la nuit.

Dans quels états d'esprit sommes-nous dans l'attente de la venue de Jésus dans la gloire ? Avons-nous peur de son jugement ? Sommes-nous curieux de savoir à quoi il ressemble ?

Ou l'attendons nous comme un amoureux attend son bien aimé? 

Que notre attente soit amoureuse.

Amen. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0