Homélie du 26 juillet 2015

Jésus, comme Élisée, multiplie les pains pour nourrir une grande foule. Le Dieu de l'Alliance prend soin de son peuple. Que nous dit de spécifique le miracle de l'évangile ?

 

"Le salaire de deux cents journées." Jean souligne le coût financier de la nourriture : cela représente plus de six mois de salaire. C'est une grosse somme et cela n'a rien coûté à Jésus ni aux apôtres. Il y a des biens que nous pouvons partager sans que cela ne nous coûte : l'amitié, un sourire, une parole de compassion ou de consolation. Profitons-en pour multiplier les geste de bonté et de tendresse. 

 

"Ils remplir douze paniers." Jésus a vu grand comme aux noces de Cana où il changer 600 litres d'eau en vin. Il montre ainsi la grandeur de son amour et de sa puissance. Il est plus grand qu’Élisée. Cette générosité n'a été possible qu'avec l'aide d'une modeste contribution. Dieu fait jaillir en nous de grandes richesses. Il s'appuie sur nos dons pour les faire fructifier pour le bien de tous. 

 

"ils mangèrent à leur faim." Tous furent rassasiés, mais je ne pense pas que tous mangèrent la même quantité de nourriture. Il y a de gros mangeurs et des appétits de moineau. Dans la vie chrétienne, il en va de même : les dons de Dieu sont les mêmes, mais tous n'en profitent pas de la même façon. Certains sont lassés très vite des dons de Dieu : ils en reçoivent peu, car ils en profitent pas longtemps. 

D'autres en profitent peu, car il n'assimilent pas bien ce que le Seigneur leur donne. Cette nourriture profite peu à leur vie chrétienne.

 

Accueillons et partageons les dons de Dieu.

Amen. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0