Homélie de l'Ascension 2016

Nous avons entendu deux récits de l'Ascension : un tiré des actes des Apôtres et l'autre de l'évangile. Ces récits sont complémentaires, mais du même auteur. Pourquoi raconté deux fois le même événement ?

 

Un événement charnière. L'Ascension est un événement qui marque la fin de l'évangile, la fin de la vie de Jésus sur terre. C'est la fin d'une époque. C'est aussi le début d'une autre : la prédication par les Apôtres. C'est ce jour là qu'ils sont envoyés en mission. Les Actes des Apôtres montre la continuité de la vie de Jésus et de celle des Apôtres. 

Dans notre vie, il y a des moments charnières. C'est la fin d'une époque et le début d'une autre : la fin de l'enfance est le début de l'adolescence ; le mariage est la fin du célibat ; le premier travail est la fin de vie étudiante. C'est un changement, sans être une rupture, car la première phase prépare la seconde. Il ne faut pas regretter le passé pour se tourner totalement dans la nouvelle mission.

 

Pourquoi regardez-vous le ciel ? Alors que les apôtres attendent le royaume, Jésus monte au ciel. Rien ne se passe. Lors de l'ascension d'Elie son manteau de prophète était tombé du ciel.  Ce royaume tant espéré n'est-il à bâtir aussi par les apôtres avant d'être confirmé par Dieu le Père ? 

N'attendons pas tout du ciel ou d'en-haut ? Nous espérons que le monde soit meilleur. Nous attendons cela d'en-haut, des responsables politiques ou syndicales, de la hiérarchie catholique. Ne faut-il pas commencé par mettre place des choses par nous-mêmes ?

 

Ils bénissaient Dieu. Les Apôtres ne vivaient pas dans la nostalgie de la vie de Jésus, mais dans l'action de grâce. Les souvenirs douloureux de la passion étaient complètement effacer. La séparation totalement assumée. Notre passé est-il élan ou fardeau pour la vie d'aujourd'hui ? Ils vivaient dans la joie avec ceux qui vivaient encore sur terre.

 

Vivons dans la joie de l'Ascension.

Amen.

Écrire commentaire

Commentaires: 0