Homélie du 21 février 2016

Jésus monte avec trois disciples sur une montagne. Il monte sur une montagne avant de monter à Jérusalem. Deux montées qui aboutissent à la gloire de Jésus par la Transfiguration, d'abord, par la résurrection, ensuite. Nous sommes tous appelés à monter sur la montagne de la perfection et de la sainteté comme le dit Saint Jean de la Croix dans sa montée au Carmel. Que signifie, pour le chrétien, de monter ?

 

L'effort de la montée. La montée demande des efforts. Elle fait travailler d'autres muscles que ceux de la marche dans la plaine. L'équipe de France de football aime se préparer aux grandes compétitions par un stage en altitude : en VTT. Il font ainsi travailler les muscles des jambes et du cœur pour être endurants pendant les matchs. Travaillons, pendant ce carême, la générosité de notre cœur.

La montée commence avec facilité et enthousiasme. Après quelques minutes, les muscles se fatiguent et l'ardeur diminue. La pente paraît interminable. Pour ne pas se décourager, il est conseillé de regarder vers le sommet de la montagne. Contemplons cette gloire de Jésus, cette gloire de la résurrection pour aller jusqu'au bout des efforts de carême. 

 

Respirer l'air pur. L'air de la montagne est plus pur que celui des plaines, pollués par les usines et les voitures. Sachons respirer à plein poumon la pureté que Dieu apporte à notre monde. Sachons respirer à plein poumon de la prière. Respirons le bon air de la Bonne Nouvelle du salut racontée dans la Bible et l’Évangile. 

Le stage en altitude est important pour les sportifs, car il leur permet d'augmenter le nombre de globules rouges qui transportent l'oxygène aux muscles. Respirer l'air pur de la montagne permet d'être plus performant sur le terrain. Prions souvent pour être endurant au service de nos frères.

 

Contempler l'horizon. Arrivé tout en haut de la montagne, nous contemplons l'horizon. Voir au loin, requinque l'enthousiasme, redonne de l'énergie. On voit le paysage et on admire l'amour de Dieu pour nous. C'est ce qu'a vécu Jésus lors de la Transfiguration. Écoutons la voix du Père nous dire que nous sommes ses enfants bien-aimés. 

Du haut de la montagne, les villages sont petits et les hommes minuscules. On relativise notre personne dans l'immensité de la nature. Une bonne leçon d'humilité. 

 

En ce carême, montons sur nos montagnes pour grandir dans le service de nos frères.

Amen. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0