Homélie du 24 janvier 2016

Nous venons d’entendre la première prédication de Jésus que nous transmet l’évangéliste Luc. Le récit se termine par cette très belle parole : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Ecriture que vous venez d’entendre ». Quel est cet aujourd’hui ?

 

Jésus accomplit cette prophétie. La lecture de l’évangile raconte comment Jésus a guéri des aveugles comme l’annonçait le prophète Isaïe. Par ce fait, Dieu accomplit sa promesse. Il le fait au bout de 500 ans. Il le fait. Mieux vaut tard que jamais, comme dit le dicton.

Les autres actes messianiques ne sont pas accomplis matériellement, mais spirituellement. Jésus n’a jamais été dans une prison pour en faire sortir les condamnés. Il a bien libéré des hommes et des femmes de la prison du péché : en leur pardonnant, et de l’enchaînement du malin : en chassant de nombreux démons en tout genre.

 

Luc est un exemple de l’accomplissement de cette prophétie. La bonne nouvelle a été annoncé aux pauvres. Luc en est l’héritier. Il n’a pas été le disciple de Jésus pendant sa vie terrestre de ce dernier, mais il l'a été en écoutant la prédication de Paul. En écrivant un évangile, il veut que cette Bonne Nouvelle s’accomplisse pour les générations à venir. Lorsque nous écoutons l’évangile à la messe ou lorsque nous lisons la bible à la maison, la Bonne nouvelle est annoncée aux pauvres que nous sommes.

Avons-nous à la maison un évangile ?

 

La parole s’accomplit par nous nous. La parole ne s’accomplit pas aujourd’hui, en 2016, chaque fois que nous faisons, à la suite de Jésus, les actes cités par le prophète. Mais, nous pouvons rendre la vue aux aveugles en conseillant notre famille ou nos amis. Mais, nous pouvons libérer les prisonniers en aidant des personnes à sortir de leur dépendance de la télévision, du tabac ou de l’alcool.

Nous pouvons faire de cette année une année de bienfaits en rendant chaque jour un service à notre prochain.

 

En cette année de la miséricorde, nous sommes invités à faire des œuvres de miséricordes. Il existe 7 œuvres de miséricorde corporelles et 7 œuvres de miséricorde spirituelles. Il faut donner à ceux qui ont faim et à ceux qui ont soif. Il faut accueillir les étrangers et vêtir ceux qui sont nus. Il faut assister les malades et visiter les prisonniers. Ce sont les œuvres pour les vivants. Pour les morts, il faut les ensevelir.

Il faut être vigilant pour conseiller, enseigner et avertir. Il faut être conciliant en consolant, en pardonnant et en supportant. Sans oublier de prier pour les vivants et les morts.

 

Accomplissons la parole de l’Ecriture.

Amen.

Écrire commentaire

Commentaires: 0