Homélie du 3 janvier 2016

Nous fêtons, aujourd'hui, la venue des mages à Bethléem. C'est le signe de l'universalité du message de Noël.

 

Le langage universel de la science. Les mages sont des savants qui contemplent les astres dans le ciel. C'est une étoile qui les incite à venir en Palestine. La science permet aux hommes de se rencontrer pour avancer dans leur recherche. 

Dans notre recherche de Dieu, nous avons aussi besoin de rencontrer les autres peuples pour avancer dans notre recherche.

 

Le langage universel de la famille. Les mages cherchent un enfant et donc aussi ses parents. La famille est une institution universelle. Les enfants, comme les parents, ont les mêmes préoccupation à travers le monde. Nous avons besoin des autres pour vivre dans des familles unies. 

Pour que l'Eglise soit une vraie famille universelle, nous avons besoin de rencontrer les autres peuples. 

 

Le langage universel du don. Les mages offrent des cadeaux à l'enfant Jésus. Offrir est un langage universel. Il fait référence au don premier de la vie.

Pour aller plus avant dans le don de soi, il faut s'ouvrir à tous. 

 

Apprenons ces trois langages universels.

Amen. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0