Homélie du 13 décembre 2015

Après avoir entendu parler de Jean-Baptiste, dimanche dernier, nous voyons aujourd'hui l'attitude de ces auditeurs : la foule, les soldats et des publicains, puis le peuple. 

 

"Que devons-nous faire ?" La foule, comme les soldats et les publicains, pose cette belle question à Jésus. Ayant vécu l'expérience de la miséricorde par le baptême, ils veulent agir pour montrer leur volonté de changer de vie. Ils ont compris que le baptême de Jean-Baptiste, célébré dans le Jourdain, c'est-à-dire : à la frontière entre les pays païens et la terre promise, la terre sainte, indiquait que le baptême devait déboucher sur une nouvelle vie. 

C'est le sens de ce ce que avons fait au début de cette pour marquer le début de l'année de la miséricorde. Nous avons solennellement franchit la porte pour montrer notre volonté de faire miséricorde. Nous sommes invités par le pape à faire des gestes de miséricorde, comme le partage ou la consolation. Ces petits gestes vont changer notre vie et nous l'espérons la vie de tous. C'est l'effet papillon dont on parle beaucoup à la COP 21. Si chacun fait un geste pour la planète, elle s'en portera mieux et nous pourrons mieux respirer.

 

"Le blé et la paille." Jean-Baptiste termine son discours par un avertissement : la paille sera brûlée et le blé ramasser dans le grenier. La paille de la futilité est séparée du grain de la fécondité. La paille de légèreté est détachée du grain des bonnes actions. Accueillons les fruits de l'Esprit : bienveillance, compassion, partage, miséricorde....

 

"Le peuple était en attente." Le peuple est différent de la foule, car il est organisé. L'attente des peuples se traduit dans un projet commun, discuté et élaboré ensemble, comme l'accord final de la COP21 ou comme l'attente d'un nouvel enfant qui est à la fois le projet des parents et des enfants. 

Jésus répond à l'attente du peuple, comme la clef de voûte, en architecture gothique, offre la solution tant attendue. Le passage du Roman au gothique a permis d'ouvrir largement les murs des églises et de les ornés d'admirable vitraux. La clef de voûte est la pierre qui permet aux piliers de tenir entre eux et de soutenir le toit de l'église. Le poids ne reposant plus sur les murs mais sur les piliers, on peut ouvrir l'église sur le monde. Que le christ soit la clé de voûte de notre vie; qu'il soutienne les quatre piliers de notre existence et nous aide à nous ouvrir sur les autres. 

 

Entrons joyeusement dans l'année saint de la miséricorde.

Amen. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0