Homélie du 8 novembre 2015

JÉSUS donne en exemple une pauvre veuve. Devons nous aussi tout donner à l' Eglise ?

 

Une pauvre veuve. A l'époque de Jésus, les veuves ne recevaient pas de pension de l'Etat. Elles vivaient de leur fortune ; mais bien souvent elles vivaient de la charité publique organisée par les scribes. La veuve de l'évangile donne de ce qu'elle reçoit de la générosité des fidèles. Elle ne considère pas cette petite ressource comme un dû. Elle participe malgré ses maigres ressources à la vie religieuse. Elle a le courage et la simplicité de se mettre dans la file pour donner deux piécettes, après les riches qui font sonner leur pièces d'argent ou d'or dans le tronc du Temple. Tout le monde peut prendre part à la vie de l'Eglise, les riches comme les pauvres. Même si le trésorier n'est pas heureux, les petites pièces, même de 1 centime, sont toujours les bienvenues.

 

Elle mit deux piécettes dans le tronc du Temple. Elle participe à l'oeuvre collective de toute la nation. Cette offrande fait parti du trésor national. C'est comme un beau bouquet de fleurs avec des fleurs de plusieurs tailles. Chacune a son rôle et chacune a sa place. 

Jésus admire cette veuve, car il y voit un soutien pour son oeuvre de rédempteur. Comme cette femme, il va devoir tout donner pour le salut de son peuple. Il va œuvrer au salut national. 

Devons-nous aussi tout donner aux associations qui nous sollicitent souvent ? Jésus regarde la manière de donner. Il faut le faire avec le sourire et la générosité du cœur. Par amour, on peut parfois refuser de donner à nos enfants. Alors, ne nous énervons pas lorsque pour la centième fois une lettre de sollicitation arrive dans notre boite aux lettres. Avec le sourire, sachons dire non. 

Apprenons à donner.

Amen

Écrire commentaire

Commentaires: 0