Homélie du 25 octobre 2015

JÉSUS guérit un mendiant aveugle. Que retenir de sa situation sociale ?

 

Un mendiant. Etant aveugle, Bartimée ne peut pas travailler. Il est réduit à la mendicité. son aspiration est grande d'une autre vie : il bondit et court vers Jésus qui l'appelle. Cet appel lui permet de se dépasser. N'avons-nous pas besoin aussi de l'aide des autres pour dépasser nos limites ? L'enfant demande un câlin avant d'aller à l'école. Un ami demande un soutien lors d'une grande épreuve. Un sportif demande une encouragement au moment de sauter à la perche.

Alors qui sommes-nous ? Des auto-suffisants qui font tout à la force de leurs seuls bras ou des mendiants d'amour et de réconfort qui cherchent à se dépasser ?

 

Au bord du chemin. Bartimée n'est pas avec la foule nombreuse qui est venue voir l'attraction du moment qu'est Jésus le prophète faiseur de miracles. On pourrait croire qu'il est mis de côté, marginalisé par les habitants de Jéricho. Ses propos montrent qu'il s'est plutôt mis à l'écart, il s'est retiré du monde. Il n'est pas happé par la pensée unique et ses paroles dérangent le discours convenu du peuple. Il est libre et prêt à laisser son manteau et sa petite cagnotte pour aller vers le Maître.

Quelle position avons-nous avec les mouvements populaires ? Laissons-nous être emportés par les modes ou avons-nous assez de recul pour nous forger notre propre opinion ?

 

Un aveugle. L'aveugle entend la foule marcher sur cette route qui mène à Jérusalem. Il imagine les visages et les attitudes des habitants de Jéricho et de Jésus. Nous avons parfois peur de notre imagination. Elle peut nous couper de la réalité comme Don Quichotte ou comme certains joueurs de jeux vidéos. Pourtant, elle est utile à l'inventeur pour créer une nouvelle machine révolutionnaire. Elle aide le pilote à apprend à conduire un avion grâce au simulateur de vol. Elle aide l'artiste à sculpter l'image de la sainte famille ou le moine à faire son oraison en imaginant la réalité des scènes de l'évangile. L'imagination est bonne lorsqu'elle projette dans l'avenir, lorsqu'elle aide à aller vers les autres.

 

Jésus nous appelle : bondissons et courons vers lui.

Amen.

Écrire commentaire

Commentaires: 0