Homélie du 18 octobre 2015

En réaction à la demande de Jacques et Jean, Jésus invite tous ses apôtres à se mettre au service des hommes. Quels services l'Eglise apporte-t-elle aux hommes ?

 

Le service de la charité. C'est un service important dans l'Eglise. Les chrétiens sont éduqués à rendre service par leur engagement au sein d'une association, par une contribution financière lors des quêtes impérées ou par l'entraide amicale et familiale. Il n'y pas d'obligation à l'aumône, comme en Islam, mais une invitation à aimer tous les hommes en paroles... et surtout en actes. 

Cette générosité des chrétiens est souvent reconnue. Les SDF ou les quêteurs pour les lépreux se présentent plus facilement à la porte de l'église qu'aux portes des supermarchés. Beaucoup d'associations non confessionnelles, comme les Resto du cœur, sont heureuses d'avoir le soutien de chrétiens.

Encore aujourd'hui, il existe des congrégations religieuses qui ont une mission sociale ou médicale. On pourrait citer : les Petites Sœurs des Pauvres (présentes à Lorient), les Augustines de Malestroit, les Sœurs de Mère Térésa, les Camiliens ...

 

Le service de la vérité. Jésus a été un grand témoin de la vérité. Il a su la proclamée sans écraser les gens de sa sciences, mais en leur proposant un chemin vers la Lumière. Il a été parfois direct avec ses disciples, leur reprochant leur manque de foi, ou avec les pharisiens, les traitant d'hypocrites. Il a su se montrer très pédagogue avec la Samaritaine, avec Zachée ou avec les Publicains. 

Le synode des évêques, réunis à Rome depuis deux semaines, cherche ce même chemin pour dire l'évangile de la famille. Tous ensemble, évêques et laïcs, réfléchissent pour trouver les mots et la pédagogie pour proclamer la beauté du mariage indissoluble aux personnes de notre époque. Il faut trouver des mots qui soient compréhensibles. Il faut trouver les formules qui encouragent à la fidélité à l'enseignement de Jésus.

Les évêques doivent parler pour tous  et à tous. Ils parlent à toute l'Eglise et pas seulement aux Européens. C'est pour cela que le rapport final parlera de la polygamie qui est une grande question dans les pays d'Afrique.

 

Le service des sacrements. Les ministres de l'Eglise ont le devoir de proposer les sacrements pour faire grandir le peuple de Dieu. Ils doivent administrer largement la grâce de Dieu, sans dénaturer les sacrements. Certains pasteurs ont été confrontés à des situations compliquées. Le report d'un baptême par manque de catéchèse des autres frères et sœurs a été vécu comme un refus de sacrement et a été source de d'incompréhension.

L'accès a la communion des divorcés-remariés, dont on parle tant dans certains journaux, nous rappelle la place du sacrement du pardon dans la vie sacramentelle. Le débat occulte cette question de la pénitence ; ce qui fait oublié tous les pardons qui doivent être donnés et reçus lors d'une séparation. Cet omission de la confession, sans doute volontaire, fait qu'on oublie la question des couples non mariés et de leur participation à l'eucharistie.

Prions le Seigneur pour que l'assemblée du synode, évêques et laïcs, trouve les mots et la pastorale adéquate pour faire grandir chacun dans sa vie chrétienne.

 

Soyons des serviteurs en toute chose.

Amen. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0