Homélie du 20 septembre 2015

Alors que Jésus prend le chemin du service et de l'abaissement, les disciples discutent pour savoir qui est le plus grand. Ils n'ont pas compris le message de leur maître. Jésus va les former pendant quelques temps à l'esprit de service jusqu'au lavement des pieds au cours du dernier repas avec eux.

Comment trouver ce chemin du service ?

 

L'exemple de l'enfant. Jésus est assis face à l'enfant et les disciples sont apparemment debout. Par ce geste, qui est celui du maître, Jésus se met au niveau de l'enfant. Le service nous demande de nous mettre au niveau de nos interlocuteurs. Les aumôniers de l'armée ont toujours le grade de celui à qui il parle. De plus, Jésus assis est le plus petit du groupe. Ces paroles "Celui qui accueil un enfant, c'est moi qu'il accueil" prennent alors tout leur sens. Jésus parle de lui. il s'est fait petit enfant ; il s'est abaissé pour se mettre au niveau des enfants. Il s'est fait le plus petit, le serviteur de tous. Il veut être le premier de cordée pour entraîner tous les hommes sur le chemin du service.

Suivons le de tout cœur.

 

Les disciples entourent l'enfant. Les disciples sont autour de cet enfant pour le protéger. Ils ne peuvent pas le faire tout seul. C'est le groupe qui procure cette protection. Lorsqu'on forme une équipe, on ne cherche pas à savoir qui est le premier, chacun est au service de la mission. Chez certains religieux, comme les Carmes ou les Dominicains, le supérieur est élu pour un mandant de trois ou six ans.

On n'est pas chef à vie. 

 

Celui qui m'a envoyé. Jésus a conscience qu'il détient sa mission de son Père. Il n'accomplit pas son projet, ses ambitions, mais le projet de Dieu. C'est par obéissance que Jésus marche vers Jérusalem. Apprendre à obéir pour grandir dans l'humilité est un bon moyen pour se mettre au service des autres. 

 

Marchons sur le chemin du service.

Amen.

Écrire commentaire

Commentaires: 0