Homélie du 14 juin 2015

Avec Jésus nous découvrons quelques aspects du Royaume de Dieu. 

 

"La semence germe et grandit"Ce n'est pas le travail de l'homme qui fait grandir la semence, mais la force de Dieu. Nous devons contempler l'oeuvre de Dieu dans le monde. La relecture de notre vie permet d'être sensible à l'oeuvre de la grâce dans notre vie et dans celle des autres. Prenons le temps de cette relecture pour recueillir régulièrement les fruits de la semence de vie enracinée dans notre cœur.

A quel rythme pousse cette semence ? Le blé mûrit en une année, comme l'année liturgique. Il y a le temps de la préparation de la terre pour la ramollir, c'est le temps du carême ; le temps de la croissance pendant le temps pascal où le soleil de la vie et l'eau du baptême fait pousser la plante ; le temps de la maturité où le grain s'affermit, c'est le temps ordinaire ; et, enfin, la récolte de la fin de l'année liturgique.

Dans quelle quantité, la semence pousse-t-elle ? Avec le remembrement, les champs de blé ont grandi. Ce ne sont plus de petites parcelles disséminées à droite et à gauche. Les champs de l'Eglise sont de taille plus ou moins grande suivant les régions et les pays.  Si Jésus affirme que la semence donne du fruit, il ne dit rien sur la taille du champ. Il peut se rétrécir, comme en Europe, ou grandir, comme en Asie.

 

"Les oiseaux du ciel y font leur nid". Dans cette deuxième parabole, Jésus parle des bienfaits du Royaume : il fait grandir. C'est le sens du nid qui est le lieux de l'éclosion et de la maturité jusqu'à l'indépendance. Beaucoup de choses ont grandi sous la protection de l'Eglise : les droits de l'homme, les hôpitaux, les écoles, les universités, la famille..... 

 

Laissons la  semence grandir dans notre vie.

Amen.

Écrire commentaire

Commentaires: 0