Homélie du 7 juin 2015 - Fête du corps et du sang du Seigneur

En cette fête du corps et du sang du Seigneur, nous voyons comment Jésus a scellé une alliance avec les hommes, en versant son sang. Il est comme un soldat au combat, comme les soldats qui ont débarqué en Normandie, il y a un peu plus de soixante ans.

 

Pour la multitude. Jésus a donné sa vie pour la multitude, comme les soldats ont donné la leur pour sauver une grande partie de l'humanité de la barbarie de la guerre, du nazisme et de l'impérialisme japonnais. L'individu se met au service d'une cause commune ; la personne se dévoue pour le grand nombre. Il a été prêt à laisser ses disciples et sa mère pour le sacrifice suprême.

Dans le cas de Jésus, comme au temps du combat de David contre Goliath, Il a combattu seul à la place de tous, il fait sienne la cause de l'humanité. Il ainsi épargné beaucoup de vies. 

 

Un moment décisif. Jésus a scellée l'alliance, car il sait que c'est maintenant ou jamais. Il a conscience d'être à un moment historique, décisif pour l'avenir de l'humanité, comme les soldats qui ont débarqués en Normandie était conscients de l'importance de ce dernier combat. 

 

Un engagement scellé par le sang. L'alliance du temps de Moïse est scellée par le sang des animaux. Parfois notre devoir nous pousse à aller jusqu'au bout de nous-même, à nous tuer à la tâche. On le fait pour sa famille ou pour une grande cause qui nous paraît plus importante que notre propre vie. 

Nous avons besoin de ces héros comme exemple pour nous stimuler dans notre propre combat. On dresse des statues aux héros de la guerre, on met des crucifix dans nos maisons et nos églises pour nous aider à nous dévouer pour les autres. On oublie l'horreur du sang qui rougit la Manche pour ne retenir que la bravoure et l'abnégation des combattants. 

 

Que l'eucharistie nous aide à nous mettre sans retenue au service des autres.

Amen.

Écrire commentaire

Commentaires: 0