Homélie du 8 février 2015

JÉSUS proclame la bonne nouvelle en guérissant beaucoup de malades.

 

Il montre qu'il est au service de tous les hommes. En allant vers ce qui est le plus faible, Jésus veut montrer sa volonté de sauver tous les hommes. Lorsqu'on coupe un gâteau, on enfonce le couteau jusqu'au fond du plat pour couper de la pâtisserie dans toute son épaisseur. Si on n'enfonce que légèrement le couteau, on risque de ne prendre que la crème du dessus. 

Jésus se met au service de la belle-mère de Pierre en la faisant se lever. Il faut beaucoup de délicatesse et d'attention pour lever un malade. C'est ce que fait Jésus. Il nous prend la main. 

Il est le sauveur de tous les hommes en allant de villages en villages. Jésus va à la rencontre de tous les hommes, de tout le pays. Il veut parler avec tous et se faire entendre de tous : les croyants et les païens, les pharisiens et les pécheurs, les enfants et les adultes, les prêtres et les laïcs.

 

Jésus est en sortie. Il va vers les autres, il marche vers les hommes, ne restant pas dans son confort matériel et intellectuel. Combien de fois on lui a posé des questions embarrassantes ? Il prend le risque de ne pas être bien accueilli, comme à Nazareth.

Il est sorti grâce à sa prière. Apparemment, Jésus sort pour prier. Ce n'est pas l'explication qu'il donne. Il est est sorti pour prêcher. Sa prière n'est que la préparation de sa mission. En effet, dans la prière, on sort de soi-même pour retrouver Dieu. Cela nous aide à sortir de nous-même pour rencontrer les autres. 

La prière prépare à la mission, car elle nous aide à regarder les hommes avec l'amour de Dieu. Dans sa prière, Jésus médite sûrement la parole de Dieu, l'histoire du salut où Dieu montre son grand amour envers son peuple. 

Comme le pape François nous y invite, soyons en sortie.

Amen. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0